4
3
2
.
Page 5/5

C'est en 1429 que l'on trouve pour la première fois mention du village dont le nom même subit plusieurs changements : OTHEVILLER, OTHVILLER, UNDERVILLER, OTTEVILLER, HODDEWEILLER, HODETVILLER, HUTVILLER, HOTTWEILLER, pour devenir enfin à partir de 1918 HOTTVILLER

Bien avant, la région était occupée et habitée par les romains. Des vestiges trouvés en 1802 à la ferme du Nassenwald, et en 1831 le buste d'une femme nue trouvée dans un mur de maison du village, ainsi qu'en 1869 la découverte d'une route dallée et de monnaies romaines.

Plus tard, de 925 à 1766, le Duché de Lorraine fait parti de l'Empire Germanique. HOTTVILLER était alors en possession de la Seigneurie de Bitche, elle-même vassale de la Maison des DEUX-PONTS (Allemagne).

Plusieurs fois, au cours du Moyen-Age, Hottviller changea de Seigneurs et Maîtres, suite à des mariages, des alliances, des guerres, des ventes. Parmi les Seigneurs propriétaires, on trouve :

  • ceux de BITCHE-DEUX-PONTS
  • ceux de HANAU
  • ceux de LITCHENBEERG
  • la ville de STRASBOURG
  • ...
La région vivait dans un état de guerre quasi permanent. Elle subit des invasions hongroises et turques, la guerre de Trente Ans, des guerres entre Seigneurs voisins, la guerre des Rustands.

Il en résultait une très grande insécurité, des famines, des ravages de toute natures.

La région fut même, à un certain moment transformée en désert (en 1633, Sarreguemines n'avait plus un seul habitant, et seulement 10 familles en 1650).

Au XVIIIème siècle, François III épouse Marie-Thérèse d'Autriche, et recrute des volontaires pour repeupler le BANAT, dévasté par la guerre contre les turcs. De 1764 à 1785, une cinquantaine d'habitants de HOTTVILLER y partirent... mais peu y arrivèrent. Les quelques survivants fondèrent ce que l'on a appelé la « NOUVELLE LORRAINE ».

Une quinzaine d'années après cette forte émigration, c'est l'exil provoqué par la Révolution (insécurité politique, mobilisations, persécutions religieuses.)

C'est ensuite jusqu'à nos jours, une nouvelle série de cinq guerres en un siècle et demi.
  • "Les guerres de la Révolution" : le 16/11/1793 l'armée prussienne occupe BITCHE, puis est repoussée.
  • Les guerres napoléonienne suivies d'un demi siècle de paix.
  • La guerre de 1870-71 : la forteresse de BITCHE reste inviolée. Le pays est germanisé et seuls les curés continuent à parler français dans leurs sacristies. En 1895, fut édifié le clocher de l'église.
  • La guerre de 1914-1918 : plus de 17 morts. Tel est le tribut payé par HOTTVILLER au cours de cette guerre. C'est pourtant en 1916, au milieu de la guerre, que fut electrifié la commune.
  • La guerre de 1939-1944 : les villageois subissent l'exode en Charente, avec son curé. Revenus après l'armistice de 1940, ils doivent le 12 Novembre 1940, avec les habitants de 27 autres communes, vider les lieux pour la création d'un camp militaire nazi, sans préavis, et sans rien pouvoir emporter.
Tous furent très éprouvés : déportations, massacres (à Oradour-sur-Glane), accidents, décès ...

A la Libération, les villageois de l'annexe Kapellenhof durent se terrer cinq mois dans leurs caves : les Américains occupaient l'annexe, et les Allemands tenaient encore le village de HOTTVILLER (du 10/10/44 au 16/03/45).

En 1969, dans les dernières pages de son ouvrage, Joseph TRUNKENWALD, curé du village, situe ainsi la commune
  • pays pauvre, donc à l'origine d'une large émigration. Il y a autant d'habitants (685) en 1789 qu'en 1969.
  • au cours de la guerre 1939-44, le village fut sinistré à 90%, et beaucoup d'anciens se fixèrent ailleurs